Les Epîtres et l'Apocalypse expliquées
Commentaire du contexte culturel biblique -Tome 2

Catalogue : Commentaires bibliques> Etudes

Les Epîtres et l'Apocalypse expliquées
Commentaire du contexte culturel biblique -Tome 2
Keener Craig S.

Moyenne des notes : 3/5Moyenne des notes : 3/5Moyenne des notes : 3/5Moyenne des notes : 3/5Moyenne des notes : 3/5(1)
Catalogue : Commentaires bibliques
Etudes
Format :15.2 x 23 x 0 cm
352 pages
ISBN :9782895761518
Edit. / Prod. : Ministères Multilingues
Réf. CLC : MIME190

 
Info stockEn stock sous réserve des ventes en cours.
Pour un achat en magasin, merci de vérifier la disponibilité de cet article avec votre
libraire CLC le plus proche.
Horaires et coordonnées des librairies CLC dans la rubrique Accès aux librairies CLC.
 



Présentation :

Pourquoi Jacques était-il si sûr que les riches exploiteraient les pauvres et les traîneraient au tribunal (Jacques 2.6) ?

Les tribunaux romains favorisaient toujours les riches qui pouvaient déclencher une action en justice contre les classes sociales inférieures alors que les classes sociales inférieures ne pouvaient pas déclencher de telles actions contre eux.

La loi n’annule pas l’alliance d’Abraham (Galates 3.15)

Les Grecs avaient l’habitude d’utiliser le terme que Paul emploie pour « alliance » pour parler de « testament » ou « dernières volontés » (document juridique que l’on ouvre à la mort d’une personne). Quoique Paul veuille dire alliance dans le sens de l’Ancien Testament plutôt que dans le sens de testament, il joue sur les nuances juridiques de ce dernier mot. Le judaïsme mettait l’accent sur l’alliance faite au Sinaï mais la plupart des auteurs juifs voyaient la même alliance annoncée en Abraham (Gen 17.9-14) (ou, moins exactement du point de vue vétérotestamentaire, en fait pratiquée d’avance).

Comme les autres documents juridiques, les testaments ou « dispositions » étaient scellés afin de ne pas être altérés. Dans le droit grec, les testaments étaient irrévocables. L’on ne pouvait pas imposer de nouvelles conditions ou enlever un héritier, même si l’on ajoutait un testament supplémentaire. (Cela n’était plus vrai dans le droit romain de cette période mais s’appliquait à certains testaments juifs). Dans le droit grec, les testaments étaient confirmés par leur dépôt au bureau des registres municipaux, si un nouveau testament interférait avec un ancien, le nouveau document était rejeté.

Afin de bien comprendre et appliquer la Bible, il nous faut deux sources cruciales d’information. La première est la Bible elle-même, tout simplement. La seconde est une bonne compréhension du contexte culturel du passage que vous êtes en train de lire.

Ce n’est qu’avec le contexte que vous pouvez bien saisir le souci original de l’auteur et son objectif. Ce commentaire unique, apporte verset par verset, le contexte culturel crucial dont vous avez besoin pour une étude plus enrichie de la Bible.

Écrit dans un langage clair et non-technique, cette aide inestimable contient :

Quelques mots sur Keener Craig S. :

Craig Keener (Ph.D., Duke University) est professeur de Nouveau Testament au Séminaire Théologique d’Asbury, au Kentucky (É.-U.). Il a également enseigné dans plusieurs pays, et plus particulièrement en Afrique. Il est l’auteur de 17 livres, dont le plus célèbre est The IVP Bible Background Commentary : New Testament. Avec sa femme, Médine, il a écrit La réconciliation pour l’Afrique.


Appréciations (1) :



Note : 3/5Note : 3/5Note : 3/5Note : 3/5Note : 3/5   Philippe G. le 17/02/2019
 

Comme indiqué dans la description, il s'agit d'un commentaire orienté "contexte culturel". A mon avis, c'est un bon complément des commentaires exégétiques classiques, mais ne les remplace pas.



Fermer la fenêtre