Clc France
Il me fait reposer dans des pâturages herbeux; il me mène le long des eaux tranquilles. (Psaumes 23:2 )
 

La CLC en France : 60 années de mission à votre service

Historique

1941 :

En pleine seconde Guerre Mondiale, Ken et Bessie Adams sont convaincus de l'importance de la page imprimée pour la propagation de l'Évangile. Ils partagent leur vision à Norman Grubb, directeur de la WEC qu’ils rejoignent.

1946 :

La librairie de Londres voit le jour. L'œuvre prend le nom de « Croisade du Livre Chrétien ».

1951, le début de la CLC en France :

Jean et Marcelle Treboux quittent leur Suisse natale et posent les fondements de la CLC en France (Marguerittes dans le Gard). Norman Grubb résume fort bien le travail pionnier de ces années : « C’est l’histoire d’hommes et de femmes ordinaires avec une grande vision et dont l’esprit de sacrifice et de persévérance posa un fondement solide pour le futur »


1956 :

Ouverture de la première librairie à Rennes


1958 :

Une deuxième librairie ouvre à Saint Péray (Ardèche)

1965 :

Devenu trop exigu, le siège est transféré de Marguerittes à « La Colline » (commune de la Bégude De Mazenc) en Drôme provençale sur un terrain offert par deux frères chrétiens.

A partir de 1970... :

Les années qui suivent sont marquées par un essor important de l’œuvre avec l’ouverture des librairies de Toulouse et Montpellier (1970), de Strasbourg et Grenoble (1977), de Paris (1982), de Fort de France (1983), de Marseille (1984), de Valence (1985), de Lyon (1986), de Lille (1988), des Abymes en Guadeloupe (1991), de Saint-Etienne (1998), de Nîmes (2005) et de Montélimar (2007).


Dans les années 80 et 90, des bibliobus porteurs de livres «  pleins de Vie » sillonnent les routes de France, le Sud-ouest, l’Ouest, le Nord, les marchés de la Haute-Loire et de Haute-Ardèche. Les stands se multiplient sur les marchés, lors de rencontres chrétiennes, chez des particuliers (vente à domicile).


2005 :

Ouverture du site internet www.clcfrance.com

2007 :

Élargis l’espace de ta tente (Ésaïe 54 : 2)
Le développement de l’activité nécessitant une surface plus importante, le déménagement du siège de la CLC doit à nouveau être envisagé. Février 2007, la CLC se déplace à Montélimar Sud où sont regroupés tous les services : administration, achats, réception, expédition, vente par correspondance et par internet, facturation, préparation des différents dépôts et stands de littérature, éditions et élaboration des différents catalogues.

2009 :

La Croisade du Livre Chrétien change de nom et devient la Librairie Chrétienne CLC

2011 :

La CLC a 60 ans. Envoi de livres au Burkina Faso (Cliquez-ici pour plus d'infos)


Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, 49 équipiers travaillent à la CLC en France. Au cours de ces 60 années on estime que 200 personnes environ ont quitté leur emploi pour rejoindre l'œuvre et participer au développement de la CLC. À celles-ci, s'ajoutent tous les étudiants qui sont venus aider pendant plusieurs mois dans le cadre de leurs études universitaires, tous les bénévoles qui n'ont pas ménagé leurs forces et leur temps pour réaliser différentes tâches et tous les amis qui ont fidèlement soutenu l'œuvre et les équipiers par leurs prières et leur engagement.
La CLC a 60 ans : Les années écoulées ont vu la naissance, le développement et la consolidation de l'œuvre à travers des peines, des souffrances, des combats et des joies.


Une mission internationale

Le bureau de la CLC internationale est une petite structure de 7 membres. Il informe, coordonne et transmet les sujets de prières, organise des rencontres internationales, conseille et soutient toutes les CLC qui en expriment le besoin. Il recherche toute opportunité d’ouverture de nouvelles librairies comme récemment à Miami, en Inde, au Paraguay, en Australie...
La CLC internationale reçoit une contribution financière de toutes les CLC pour financer les nouvelles librairies et aider celles qui en ont le plus besoin.


Témoignages :

Une vie transformée parmi tant d’autres...

Brigadier chef dans la police nationale à Paris et responsable du secteur « Beaubourg », j’ai été étonné un jour, de la présence d’une librairie qui proposait la Bible ainsi que divers ouvrages et brochures. En devanture on pouvait lire : « Dieu est vivant... », etc. J’ai pensé que la publicité était sympathique mais sans doute exagérée. Et si c’était vrai ? Avant d’avoir une opinion et non des impressions, pourquoi ne pas me renseigner discrètement, mais avec méfiance. était-ce une secte ? Alors, je suis entré dans la librairie j’ai acheté des petites brochures, des messages bibliques que je lisais et relisais à tout moment, puis une Bible, pour contrôler, évaluer, réfléchir, examiner. Petit à petit, le Seigneur s’est installé dans mon cœur. J’ai découvert avec certitude que l’éternel était vivant, tout puissant, que Jésus était bien le Sauveur, mon Sauveur. Il est évident que cette librairie biblique a été, et reste pour moi un « outil » hautement apprécié, un lieu d’information indispensable.

(Raymond)

Au temps de Monsieur Treboux...

C’est un de mes plus merveilleux souvenirs de jeunesse des années 60, que les virées d’évangélisation avec Monsieur et Madame TREBOUX dans les rues d’Arles et de la région, avec la petite équipe de la Croisade du Livre Chrétien dont Paulette BEC. Monsieur TREBOUX avec son violon, moi à la clarinette et quelques guitares, nous chantions à pleine voix dans les jardins publics, devant les barres d’immeubles HLM. J’avais 17/18 ans à peine et ces plein air ont considérablement fortifié ma foi et mon zèle pour servir Dieu.

Un jour, après avoir entendu quelques fois Monsieur TREBOUX prêcher en public, il y a 50 ans déjà ! Nous étions devant la façade d’un immeuble un dimanche après-midi où tout le monde était aux fenêtres et s’ennuyait, il me poussa soudain en avant dans le dos en me disant, « Allez vas y ! C’est à toi de prêcher.. » Surpris et saisi par l’Esprit, je me mis à parler à voix forte à tous ces gens qui m’écoutaient. Je n’en revins pas encore de ce que je suis arrivé de faire ce jour là !

Puis ce furent les réunions de prière au centre de Marguerite à coté de Nîmes, où l’on vous donnait un petit coussin pour se mettre à genoux et prier. Ensuite le dépôt de littérature de la CLC rue de l’Aqueduc à Nîmes avec Jacques SAUSSINE. Mais ce qui a continué de m’enthousiasmer c’était les campagnes d’évangélisation organisée par Monsieur TREBOUX avec les jeunes, où nous pouvions témoigner dans les églises. Je me rappelle de celle de l’Eglise Réformée Evangélique à Marignane, et où je fus promu chef d’équipe et responsable de la 203 Peugeot break ! Quelle fierté ! Je réalise pour moi maintenant, avec une grande reconnaissance, l’importance de la confiance que Monsieur TREBOUX me témoignait, qui m’a rempli d’assurance et mis le pied à l’étrier pour m’engager dans l’œuvre de Dieu.

Il y eu le Centre Evangélique de Nogent où il présenta les fort jolis petits livres d’image pour enfants de la collection CRISTAL, dont il était très fier. Quelques temps plus tard, M TREBOUX aurait bien espéré que je collabore avec lui pour visiter les pays d’Afrique et ouvrir des librairies de la CLC, mais je dus, à mon grand regret décliner son offre pour me consacrer à mon appel et fonder des assemblées en France.

Que Dieu bénisse la CLC, qui peut être fière et reconnaissante à Dieu d’avoir eu un tel pionnier et fondateur qui a donné cette œuvre capitale pour la francophonie.

(Bernard PIAGET Pasteur MONTELIMAR)

Version imprimable
Haut de page